En construction



Le lundi 14 Août 2006, la veille de mes 53 ans, je reçois un coup de téléphone d’une nana qui me dit :
Vous attendez un colis de Chine ? Moi j’étais en train de faire de la plomberie, je collais des tuyaux en PVC et la colle prend très vite, donc,
pas le temps de répondre aux multiples sollicitations déguisées du genre : « Vous avez gagné un saucisson »
Pensant que c’était encore le cas, j’ai plus ou moins envoyé la nana promener.
Plus tard on m’a fait remarquer que c’était peut être un colis de la famille du coté de mon père
(que je n’ai jamais connu, mais qui est chinois du Vietnam je pense) et que j’aurais pas dû laisser filer l’occasion.
Grosse poussée d’adrénaline et résurgence de toutes les espérances déçues au cours de toute ma vie….
J’imaginais déjà toutes les hypothèses : Mon père m’avait retrouvé (ce qui laissait supposer qu’il m’avait cherché...)
et il m’envoyait, pour mon anniversaire, des photos de lui, de sa famille, des nouvelles quoi.
Je pensais en avoir fini avec tout ça et je me reprenais le truc en pleine figure…

Ma compagne, Carole, téléphone alors à Chronopost et il s’avère qu’effectivement ils avaient un colis adressé à
Emmanuel Cerveau, mais pas à la bonne adresse, et donc qu’il repartait en Chine.
Pour arrêter ce type de processus, ce n’est pas simple.
On a passé des tas de coups de fil à Chronopost pour faire faire demi tour à ce satané colis, mais la plupart du temps
on nous répondait qu’il était trop tard.
On a faxé aux différentes agences et on a fini par avoir un numéro de colis, ce qui nous a permis de suivre en temps réel
le retour du colis vers l’aéroport de Roissy.
Mais les différents fax que nous avons envoyés, les mails que quelques employés plus zélés de chez Chronopost ont expédiés,
ont fini par produire leur effet : Le colis a été bloqué à Roissy pendant deux jours.
Ouf ! Il ne repartait pas en Chine ! On avait presque réussi. Un dernier coup de fil à Chronopost qui nous confirmait
que le colis allait être ré acheminé vers Marseille, et qui acceptait de rectifier l’adresse.
On a tous été sur le pont pendant toute cette quinzaine qui a précédé l’arrivée du colis :
Carole, Roxane ma fille qui a vingt ans, tous les amis qui se tenaient informés…
C’était « le » colis magique, celui qui allait apaiser enfin le manque et le doute.


Le colis est arrivé le lundi 28 Août à huit heures.
Il contient une paire de baskets neuves qui ne me sont pas destinées car elles sont deux pointures en dessous,
et l’expéditeur sur le bordereau est écrit en chinois et à tous les coups, c’est l’adresse d’une société de vente en ligne ou un truc comme ça.
Pas un mot d’accompagnement, rien.

Alors, puisque la quête est relancée, me revoici avec mes pauvres souvenirs et mes maigres indices
que je remets en ligne pour la énième fois, et si tu passes par là, Henry Le Minh Dau,
s’il te plait, envoies moi un petit message en cliquant sur ma photo…